La mort, le sexe et le mystère

«Il faut être toujours ivre, tout est là ; c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve (…) enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.» Charles Baudelaire

Nous parlions depuis plus de deux heures. L’interview avait tranquillement débuté au rosé. Depuis quelques verres nous étions passé au rouge. Le bel ordonnancement de mes questions avait progressivement cédé la place à un échange plus informel et mon écoute s’était faite plus flottante. Derrière la baie vitrée de l’atelier, le soleil se couchait en majesté et en technicolor. Je venais tout juste d’éteindre mon dictaphone lorsque Raynald, retrouvant soudain son sérieux et sa sobriété, insista pour aborder un dernier point qui lui tenait particulièrement à coeur. Il voulait revenir sur la signification qu’il accorde à sa pratique artistique. Le peintre, me dit-il alors en substance, est un chercheur; un homme qui marche à sa propre rencontre. Lorsqu’il peint, l’artiste entreprend une démarche intérieure qui l’amène a utiliser sa technique et sa sensibilité à des fins d’introspection et de contemplation. En ce sens, son travail peut se rapprocher d’une démarche thérapeutique voire d’une pratique spirituelle. On ne s’étonnera donc pas que le genre de prédilection de Raynald soit celui de la vanité*. Qu’il peigne des crânes, des scènes de copulation exubérantes ou quelques-uns de ces pauvres petits objets morts dont s’encombre l’homme moderne, ses peintures nous invitent toujours à méditer sur la vertigineuse fragilité de toute chose.

Natif du village vendéen de Saint Gilles Croix de Vie, Raynald Driez est issu d’une ancienne lignée de marin-pêcheurs dont les racines remontent jusqu’au XVIème siècle. En dépit du poids de cet atavisme, l’enfant ne ressent nullement l’appel du large. Il sait que son destin se jouera ailleurs. Un jour, pour une raison qu’il n’a jamais vraiment cherché à s’expliquer, il se met à dessiner. Plus qu’un passe-temps, c’est une passion. Loin de s’affaiblir avec le temps, cet élan gagne en force à mesure que s’écoulent les années. Certains adultes le félicitent pour son coup de crayon. Un professeur va même jusqu’à prononcer le mot étrange «d’artiste». Raynald s’en fiche et continue dans son coin. Répondant à un besoin intime, le dessin et la peinture sont encore à ce stade une pratique solitaire qu’il partage tout au plus avec sa soeur.

Cet être chaleureux et sensible ne saurait cependant vivre longtemps en ermite. Son entrée au lycée de la Roche-sur-Yon inaugure une ère de rencontres et d’amitiés décisives. La première est tout simplement celle de Jean-Claude Bostvironnois son nouveau professeur d’arts plastiques. Intellectuellement brillant, lui même doté d’un réel talent de peintre, l’enseignant se prend rapidement d’affection pour cet élève doué dont il n’aura de cesse d’encourager et de guider la vocation. Le même jour, Raynald tombe en arrêt devant la reproduction d’un nu d’Egon Schiele. Ce qu’il ressent alors est de l’ordre de la révélation. En la personne du jeune prodige viennois l’adolescent s’est trouvé tout à la fois un maître et un idéal esthétique.

C’est environ un an après que Raynald croise la route de l’artiste Abbas Bani Hasan. Ayant fuit son pays à 17 ans pour échapper aux persécutions du régime de Saddam Hussein, le jeune Irakien ère de longues années à travers l’Europe avant de s’installer à Saint Gilles où il ouvre un cours de gravure sur bois. C’est auprès de cet aîné dont il admire à la fois le talent et l’immense générosité humaine que Raynald apprend les exigences fondamentales de son art. A sa manière, Raynald reste un classique. Il est intimement convaincu que la peinture est un art «culturel» dont il convient de bien connaître les règles avant de prétendre s’en affranchir. L’apparence faussement débraillée de certaines de ses peintures, cache en fait une intention précise et une facture savamment contrôlée. S’il laisse beaucoup de place aux accidents c’est qu’il a une maîtrise technique suffisante pour pouvoir les exploiter de manière créative.

A Bordeaux, ses professeurs des Beaux Arts sont d’un tout autre avis. Encore très imprégnés par l’esprit libertaire de 68, ils se refusent à enseigner un art aussi platement rétinien que la peinture. Raynald fait partie de ceux qui bataillent ferme pour remettre cette discipline au programme. Les subversifs d’hier sont souvent les réactionnaires d’aujourd’hui… S’il est dès cette époque un bon vivant qui ne dédaigne ni les plaisirs de l’alcool ni ceux de la chair, Raynald n’a cependant rien d’un dilettante. Un désir puissant domine et structure son existence: il veut devenir peintre et mettra tout en oeuvre pour parvenir à ses fins. C’est donc en travailleur acharné qu’il aborde les multiples aspects de ses études. Il met autant d’ardeur à lire Foucauld et Dubuffet qu’à apprendre les techniques traditionnelles de préparation de la peinture ou à découvrir dans quel magasin se procurer les châssis les moins chers. Raynald bûche avec d’autant plus d’obstination qu’il est bien entouré. Exceptionnellement ouvert et sociable, il n’a eu aucun mal à se lier avec ceux de ses camarades qui partagent son désir de création viscéral. Les membres du petit gang, auquel il s’agrège louent un atelier en commun. Portés par l’énergie et l’innocence de la jeunesse, ils s’enrichissent, s’encouragent et se stimulent mutuellement. Si Raynald sort finalement des Beaux Arts fin prêt à débuter sa carrière de peintre, c’est un peu à eux qu’il le doit.

Ces années d’études auront été pour Raynald l’occasion d’une autre rencontre décisive en la personne d’Arnaud Desjardins. Les deux ou trois visites qu’il effectuera alors dans le centre ardechois du vieil instructeur spirituel auront sur lui un impact profond et contribueront à lui insuffler une audace de vivre sans laquelle il lui eût été impossible de se déployer par la suite.

Après Bordeaux, c’est Cajarc. Raynald y travaille comme employé polyvalent dans un centre d’art contemporain. Ce poste a le double avantage de lui permettre d’approfondir encore sa connaissance du monde des arts (il aura notamment l’opportunité d’approcher des artistes comme Bernard Venet, Miklos Bokor et même Lou Reed) tout en lui laissant la possibilité de consacrer beaucoup de temps à la peinture. Il pratique son art comme un ascète ses austérités. Ce labeur incessant finit par porter ses fruits et il commence à se faire connaître par le biais de diverses expositions collectives. Deux ans plus tard, nouveau déménagement. A la campagne du Lot succède celle de la Corrèze. Le rythme de travail, quant à lui, reste inchangé. Il ne laisse pas s’écouler un jour sans aller s’enfermer plusieurs heures dans son atelier. L’époque est aux grands formats. Il n’est pas rare qu’il travaille sur des toiles de 4 mètres sur 5. Ces dimensions monumentales l’obligent à s’immerger de manière physique dans sa création. Son travail y acquiert une dimension plus violente, plus intuitive. Raynald peint comme on monte sur un ring.

La vie conduit ensuite ses pas du côté d’Evreux où il habite et travaille pendant trois ans dans les locaux de la résidence d’artistes «La Source». N’étant plus alors qu’à une heure et demie de Paris, Raynald met ses week-end à profit pour se faire connaître des milieux artistiques de la capitale. Il fait si bien qu’il finit enfin par signer un premier contrat avec la galerie Déborah Zafman. Si ce n’est pas le début de la fin, c’est la fin du début. A 34 ans, Raynald Driez accomplit son rêve de jeunesse: il est devenu un artiste professionnel.

Sans être arrivé au pinacle du succès et de la notoriété, Raynald (qui expose aujourd’hui dans la galerie de Dominique Polad Hardouin) est un jeune peintre qui «tourne bien». Installé dans un bel atelier du XVII arrondissement, il continue à interroger inlassablement ses thèmes de prédilection en utilisant non seulement le dessin et à la peinture mais encore la céramique et l’écriture.

Lecteur insatiable, amoureux de la poésie de Baudelaire, Verlaine et Rimbaud, Raynald éprouve très jeune un attrait pour l’écriture. Ce n’est cependant qu’en 2010 à l’occasion de son installation à Paris que Raynald verra s’ouvrir les vannes de son inspiration poétique. Il découvre à travers l’écriture un registre d’émotion qu’il n’expérimente ni dans la peinture (violente) ni dans la céramique (contemplative).

En parallèle de ses activités purement créatives, il anime avec talent des ateliers d’arts plastiques. Désireux de préserver sa liberté, il s’est toujours refusé à intégrer à plein temps les rangs de l’éducation nationale. Travaillant aujourd’hui pour le compte de plusieurs associations, il a la possibilité de s’enrichir au contact de publics et de milieux très différents. Car Raynald n’enseigne pas seulement pour arrondir ses fins de mois. D’un tempérament généreux, il aime transmettre à d’autres ce qui lui fut autrefois donné avec tant de prodigalité par ses différents maîtres. En le forçant à s’éloigner régulièrement de son atelier (…et des obsessions qu’il y brasse), cette activité pédagogique l’aide également à maintenir son équilibre psychique et affectif. Sa plus grande réussite est sans doute de gagner sa vie en faisant uniquement ce qu’il aime.

Frédéric Edmond Blanc

*Représentation picturale évoquant la précarité de la vie et l’inanité des occupations humaines. Elle invite le spectateur à méditer sur les fins dernières de l’homme.

Profession: comédienne

«À chaque être, plusieurs autres vies me semblaient dues.» (Arthur Rimbaud)

Marie-Pascale Grenier appartient à cette race de gens heureux (…et un peu énervants) qui se découvrent très jeunes une vocation. Petite fille intelligente, sensible et imaginative, elle lit tôt et beaucoup. Les livres ne représentent pas seulement à ses yeux un passe temps récréatif ou une occupation instructive. Elle y puise un plaisir infiniment plus intime et précieux. Pour elle, la littérature fut dès le départ un fil d’Ariane lui permettant de mieux appréhender le mystère du coeur et de l’âme humaine.

Le virus du théâtre la saisit dès l’école primaire. Contrairement à tant de ses petits camarades, elle attend avec impatience le moment où l’institutrice l’appellera au tableau pour y réciter un poème. C’est qu’elle n’a pas été longue à découvrir le plaisir de la scène et du public. Au-delà de la satisfaction d’un besoin naturel de reconnaissance, elle y goûte la joie réellement ineffable de se retrouver, pour quelques instants, dans une autre vie, un autre corps, un autre temps… Au fond, elle sait déjà qu’elle sera comédienne.

A dix sept ans, son bac en poche, Marie-Pascale quitte ses Ardennes natales pour monter à Paris où elle s’inscrit directement au cours Florent. Les tout débuts de cette nouvelle existence s’avèrent quelque peu déstabilisants car la réalité de cette respectable institution pédagogique ne correspond en rien aux rêves et aux aspirations qui l’y ont conduite. Issue d’une famille d’ouvriers, Marie-Pascale est encore très imprégnée des principes positifs et généreux que son milieu lui a transmis. Elle veut changer la vie… et le monde avec. Ses condisciples, pour leur part, ont des préoccupations bien plus superficielles. S’en suivent d’inévitables déceptions et de longs moments de solitude. Mais l’envie de jouer est toujours là. Intacte. On ne va tout de même pas s’arrêter pour si peu! D’autant plus que le cours Florent finit tout de même par déboucher sur quelques belles rencontres.

Dans sa confrontation avec le principe de réalité, Marie-Pascale bute rapidement sur un autre obstacle. Quelle que soit l’évidence de sa beauté et de son charisme, la jeune fille n’est cependant pas pourvue du genre de physique stéréotypé susceptible de rassurer les metteurs en scène en mal d’imagination. On ne sait trop dans quels rôles la distribuer. Elle qui voudrait tellement jouer Brecht se retrouve le plus souvent à interpréter des personnages de vieilles excentriques sorties du répertoire de Guitry ou de Feydeau. Pas vraiment ce qu’elle avait imaginé. Au vu de son talent, tous ses professeurs s’accordent pourtant à lui promettre une belle carrière. Mais pas avant une bonne dizaine d’années… Le temps qu’elle mûrisse et que les mentalités changent… De quoi décourager même la meilleure volonté!

L’acteur et metteur en scène José Valverde, dont elle fréquente les classes au sortir du cours Florent, se charge heureusement d’insuffler à la jeune actrice un courage et une énergie nouvelle. Joignant le geste à la parole, il va même jusqu’à lui mettre le pied à l’étrier en acceptant de monter dans son théâtre (le théâtre Essaïon) une pièce intitulée La Manekine dont le sujet, tiré d’un conte médiéval, a été adapté pour la scène par Marie-Pascale et deux de ses amies. Ce sont de vrais et beaux débuts professionnels!

Ce petit succès sera malgré tout suivi d’une longue période de flottement durant laquelle Marie-Pascale alterne diverses expériences d’assistante à la mise en scène (notamment avec Jérôme Savary) avec un travail d’aide-comptable qui lui permet de manger sans vraiment la nourrir. La fin de ce purgatoire de quatre ans intervient finalement en 1988 lorsqu’une série de rencontres successives la mettent en relation avec le metteur en scène Barthélémy Bompard qui est justement occupé à créer une nouvelle compagnie baptisée Kumulus…

Puisant son inspiration à des sources aussi ardentes que l’expressionisme allemand, la peinture de Jérôme Bosch et les chorégraphies de Pina Bausch, Barthélémy Bompard manifeste la volonté de créer un théâtre brut où la poésie puisse coexister avec l’engagement politique et où le réalisme le plus tragique et le plus trivial n’exclut pas le recours à une esthétique onirique. Pour accroître encore l’impact de ses spectacles, la compagnie choisit de délaisser l’espace protégé des salles de théâtre pour se produire dans la rue. Ils jouent sur des parkings, dans des ports fluviaux ou des entrepôts. L’idée est de faire revivre une forme de théâtre populaire susceptible de toucher un public aussi vaste et varié que possible. Après tant d’années de tâtonnements et d’incertitudes, Marie-Pascale a donc enfin trouvé une compagnie qui vibre à son niveau d’intensité. C’est le début d’une aventure au long cours qui dure depuis près de 26 ans.

Cette collaboration régulière n’est cependant pas exclusive. A côté des créations et des tournées qu’elle effectue avec Kumulus, Marie-Pascale multiplie les participations ponctuelles et enrichissantes. Citons par exemple sa rencontre avec la très talentueuse metteuse en scène Agathe Alexis qui lui fait jouer le rôle de Christine dans Le Belvédère d’Ödön von Horváth . Cette opportunité s’avère particulièrement nourrissante pour Marie-Pascale. En premier lieu parce que cela lui donne l’occasion revenir aux sources de sa vocation de comédienne en défendant un grand texte. Accessoirement, parce qu’à 28 ans, elle triomphe enfin dans l’un de ces rôles de jeune première que les metteurs en scène lui refusaient aux tout débuts de sa carrière.

De part l’ampleur de sa culture, la richesse de son expérience et l’évidence de son talent, Marie-Pascale est aujourd’hui une actrice très appréciée au sein du milieu théâtral français. Elle travaille beaucoup et passe plusieurs mois par an à sillonner les routes de France et d’Europe. Il arrive même qu’elle se trouve embarquée pour des destinations plus exotiques telles que l’Amérique du Sud. L’actualité de Marie-Pascale est aussi riche que trépidante. Revenue de Chine à la fin du mois d’avril 2014, elle se produira dans quelques jours dans Le Banquet de la vie, un spectacle de Léa Dant qu’elle interprétera avec les comédiens du Théâtre du voyage intérieur.

Si la carrière de Marie-Pascale a souvent été éclairée par la grâce, la pesanteur et l’effort tiennent également une grande place dans son parcours. En cette période peu favorable à la vie culturelle, Marie-Pascale partage évidement les difficultés et les tribulations de beaucoup d’intermittents du spectacle. Le privilège d’exercer un métier passionnant et de pouvoir disposer de son temps avec plus de liberté que les autres se paie décidément au prix fort. Cigale dans une société de fourmis, le comédien doit consentir à bien des sacrifices et des frustrations pour continuer à exercer son art. Il arrive que l’incertitude, la précarité et le doute pèsent durement sur son quotidien. Ceci est d’autant plus vrai que la somme de travail colossale qu’il investit dans la préparation de chaque spectacle passe en général largement inaperçu.

Reste tout de même le miracle de pouvoir se produire régulièrement sur scène et d’y goûter par moments le mystère d’un autre état d’être.

Federico Bianco

NEVERMIND THE BOLLOCKS… HERE COMES SANDRINE LAMOINE

«What does it matter to ya?

When ya got a job to do

Ya got to do it well»

Paul Mc Cartney (Live And Let Die)

Riche et complexe, la personnalité de Sandrine Lamoine ne se laisse que difficilement résumer. Si l’intensité est à coup sûr le trait dominant de ce tempérament de feu, on aurait cependant tort de vouloir l’y réduire. Son caractère est infiniment plus nuancé qu’il n’y paraît et, même après quelques années de fréquentation régulière, on se surprend à découvrir des aspects d’elle dont on n’avait jusqu’alors à peine soupçonné l’existence. Vue de l’extérieur, Sandrine est avant tout une guerrière, une femme d’action impressionnante qui discerne clairement ses objectifs et se met au travail avec une détermination sans faille. Cette amazone a la rage de vaincre fermement chevillée au corps. Mais pour celui qui prend la peine de voir au-delà de sa timidité et de ses maladresses de tigre effarouché, elle apparaîtra sous son vrai jour; celui d’une femme au coeur pur, pleine de chaleur et d’humour.

Sandrine naît dans un foyer où la musique est omniprésente. Son père voue à cet art un amour où la ferveur se mêle à l’exigence. Exceptionnellement ouvert et éclectique dans ses goûts, il s’intéresse à tous les styles de musiques: slave, arabe, asiatique, africaine, sud américaine sans oublier la grande tradition classique européenne et même le rock and roll. La richesse et la variété de ces influences constituent pour la petite fille un terreau affectif particulièrement riche dont elle se nourrit pour grandir. Cette brûlante passion paternelle orientera le cours de son existence de manière profonde et durable.

La gamine est visiblement précoce. Et indépendante avec ça. Dans le secret de sa chambre, elle nourrit des idées bien à elle. A l’âge où la plupart des enfants répondent d’un simple haussement d’épaules aux questions relatives à leur futur métier, Sandrine a déjà des certitudes bien arrêtées: elle ambitionne d’abord une carrière de danseuse avant de bifurquer, le moment venu, vers le métier d’ostéopathe. Inutile, je pense, de préciser que l’avenir ratifiera docilement cette vision de son avenir.

Même s’il correspond à un coup de coeur, le choix de la danse n’avait pourtant rien de très évident. Sandrine aborde cette discipline avec un handicap objectif. Mince et délicat, son corps n’est pas vraiment taillé pour les exigences quasi ascétiques d’une carrière de danseuse professionnelle. Elle se blessera d’ailleurs à de très nombreuses reprises. La force de Sandrine n’a cependant jamais résidé dans sa masse musculaire. Elle compense donc aisément sa relative faiblesse physique par une ferveur, une sensibilité et une puissance de travail d’autant plus efficaces qu’elles sont mises au service d’une intention claire. A force d’audace et de ténacité, Sandrine s’épanouira sept années durant dans l’univers de la danse contemporaine. Lorsqu’elle décidera de raccrocher les chaussons après un ultime accident, elle aura derrière elle un parcours si riche qu’elle tournera sans regrets cette belle page de sa vie.

Next step: l’ostéopathie. Sandrine est une intuitive. Son intelligence sent les choses plutôt qu’elle ne les analyse. C’est peu dire qu’elle n’est pas à l’aise avec les méthodes d’enseignement universitaire. Mais nous savons maintenant qu’elle ne se laisse guère arrêter par ce genre de difficultés. Après dix ans d’études, elle se paiera le luxe de sortir major de sa promotion. Elle rempilera même cinq ans plus tard pour une spécialisation de trois ans en ostéopathie équine.

Après avoir aussi longuement contrarié sa nature, Sandrine ressent le besoin de s’adonner à une activité qui lui corresponde davantage. C’est à ce moment que la musique refait surface dans sa vie. Ayant sérieusement commencé le chant à l’âge de 17 ans, Sandrine est dotée d’une voix puissante, d’une oreille précise et d’un sens du rythme viscéral. A ce stade de sa vie, elle sent qu’il lui faut déployer cet immense talent. Tout en continuant à développer son activité d’ostéopathe, elle se met à la recherche d’un moyen de relever ce défi. La vie répondra à cette demande en la catapultant à la tête d’un groupe de rock improbable nommé EWO (Eyes Wide Open pour les intimes). Constitué de musiciens aux parcours variés et aux cultures musicales en apparence irréconciliables, EWO connaît des débuts difficiles. Une vraie tour de Babel qui voit les incompréhensions se multiplier de part et d’autres. Pour la très professionnelle Sandrine, il est par exemple incompréhensible que ses nouveaux comparses rechignent à adopter la discipline de kamikaze qui lui a jusqu’ici tellement bien réussi.

Mais peu importe les pleurs et les grincements de dents, la belle aventure d’EWO est lancée et il n’appartient pas à ses protagonistes d’y mettre fin. De psychodrames en moments de grâce, les membres du groupe se découvrent, s’apprivoisent et finissent même, pente dangereuse et ô combien fatale, par commencer à s’aimer. Même si les rapports restent parfois explosifs, EWO fait désormais preuve d’une authentique cohésion humaine et musicale qui permet de plus en plus d’intégrer et de valoriser le talent de chacun.

Il y a quelques mois Sandrine se voit proposer de prendre part à un nouveau projet musical du nom d’Unisson. Elle y interprète en compagnie de Patricia Hoarau et de Gilles Farcet des morceaux tirées du répertoire des grands groupes de rock californien des années 60 et 70 (Crosby, Stills Nash & Young, Eagles, America etc.). Mélodiques et acoustiques, ces chansons lui permettent de manifester une douceur et une sensibilité qui constituent un contrepoint idéal à l’énergie rageuse qu’elle déploie au sein d’EWO.

Sur un plan plus personnel, Sandrine franchit également une étape décisive en satisfaisant un autre de ses besoins essentiels: quitter Paris pour aller habiter une grande partie de son temps en pleine campagne. Ayant payé un lourd tribut pour se conformer aux principales exigences de la société moderne, elle a dorénavant la possibilité de vivre une existence plus conforme à sa nature profonde. En lui donnant la possibilité de partir se ressourcer régulièrement loin de l’univers dévitalisant de la capitale, sa splendide maison de «Boisdichon» joue un rôle fondamental dans nouvel son équilibre de vie. Pour la première fois peut-être dans sa vie, Sandrine ne connaît pas la suite du film. Sans projet, ni programme définit, elle découvre le plaisir et le vertige de s’ouvrir à l’imprévu.

Friedrich Weiß

Etienne Appert: Un artiste multidimensionnel

204761_1989128890532_1170867_oLe parcours d’Etienne est celui d’un homme qui a patiemment entrepris de se délivrer de ce que Gabriel Matzneff appelle «la chaîne des faux devoirs» pour avancer, sinon avec confiance, du moins avec constance dans la direction de ses rêves. A une époque ou la désespérance et le fatalisme sont érigées en religion d’état, un tel acte de foi relève ni plus ni moins de la témérité. Voilà qui mérite amplement que l’on s’y arrête un instant.

Etienne est un enfant rêveur et débordant de vitalité qui a toujours une nouvelle histoire à se raconter. Encouragé par l’une de ses soeurs, son imagination foisonnante trouve très tôt à s’exprimer de manière concrète et créative. La fratrie fabrique de petits livres illustrés et organise des spectacles dans le garage du pavillon familial. Sa mère lui donne le goût du dessin. Cette découverte le touche au coeur et il s’y adonne bientôt avec enthousiasme. Il n’en oublie pas pour autant de sa vocation fondamentale. Quel que soit le média utilisé, Etienne est et reste avant tout un conteur. En permettant une combinaison unique de mots et d’images, la bande dessinée lui fournit un média idéal pour commencer à mettre en forme les histoires qui l’habitent. Dès le collège, il prend l’habitude de dessiner régulièrement et il passe ses années de lycée à assimiler en autodidacte les bases de son art.

femmeogreEAppert 4Lorsque vient le moment de choisir une orientation professionnelle, Etienne ne s’empresse cependant pas de se lancer dans la vie d’artiste. Quelle que soit l’évidence de ses dons, il n’est pas encore prêt pour le grand saut. Il commencera par devenir ingénieur. Mais après deux ans de prépa durant lesquels il se plonge corps et âme dans la découverte émerveillée des abstractions mathématiques, il passe ses trois dernières années d’études à s’adonner exclusivement à l’apprentissage du dessin, du théâtre et du chant. Fiable comme à son habitude, il se débrouille malgré tout pour décrocher son diplôme et se prépare, faute de mieux, à la vie rangée, rentable et raisonnable que d’autres ont imaginé pour lui.

Le réel ne se laisse cependant pas nier impunément. Etienne l’apprend à ses dépends. Alors qu’il est sur le point de commencer sa carrière d’ingénieur, il manque de mourir en se blessant gravement au cours d’un spectacle de rue. Cet accident lui vaut un répit inespéré de deux ans qu’il met joyeusement à profit en passant une maîtrise de philosophie à la Sorbonne. Sa convalescence prend rapidement des allures de nouveau départ. Tout en élargissant encore ses horizons intellectuels, Etienne se débrouille pour décrocher ses tous premiers contrats d’illustrateur et trouve, par surcroît, le temps d’écrire ses premiers spectacles…

femmeogre1C’est bardé de diplômes et quelque peu ébranlé dans ses peurs et ses certitudes, qu’Etienne finit par faire ses vrais débuts professionnels comme «consultant en management». INSEP CONSULTING est alors une entreprise suffisamment audacieuse pour comprendre et valoriser les multiples talents de cette nouvelle recrue. Passionné et curieux, Etienne investi sérieusement sa nouvelle fonction et en profite pour approfondir quelques uns des multiples outils de développement personnels mis au point depuis les années 70 (il approfondira notamment la PNL et l’hypnose Ericksonienne).

Toujours aussi infatigable Etienne, occupe son temps «libre» en s’impliquant activement dans de nombreuses activités théâtrales. Il poursuit par ailleurs ses activités de dessinateur pour le compte d’éditeur comme Flammarion, Hachette, Nathan… Certains des livres illustrés qu’il publie à cette époque sont toujours réédités aujourd’hui. Mais quelle que soit l’ampleur de cette activité artistique «souterraine», Etienne n’a pas encore suffisamment confiance en lui pour en faire le coeur de sa vie professionnelle et personnelle.

En 2006, il se sent par contre suffisamment mûr pour assumer des responsabilités de management. Le hasard le fait entrer au sein d’une société de crédit à la consommation dont il a pour charge de faire évoluer les pratiques et la mentalité. Il est alors Responsable Développement Innovation et Qualité. Voilà qui vous pose un homme. Marié, père d’un enfant, propriétaire d’un chat, d’une voiture et d’un pavillon, Etienne goûte enfin l’opportunité de vivre la vie rêvée du surmoi.

Ce dessin d'Etienne

Les choses auraient pu en rester là. Mais tandis que l’Etienne rationnel et pragmatique s’épanouissait à l’ombre des paperboards, l’artiste aventureux attendait son heure, tapi en un recoin du coeur. En 2010, à la faveur de bouleversements intimes, cette part prend enfin sa revanche. Etienne se trouve littéralement incapable de continuer à jouer un rôle qui n’est décidément plus à la mesure de ses talents et de ses aspirations.

C’est là que l’histoire devient vraiment passionnante. Etienne ose enfin faire passer sa nécessité intime avant ses peurs et celles de ses proches. Ce faisant, il franchit bel et bien «la frontière invisible» dont parle Thoreau: celle qui sépare une «vie de désespoir résignée» d’une existence pleinement vécue et assumée. Alors que beaucoup de ses compatriotes ressassent le thème de la «KRISE» pour justifier et alimenter leurs angoisses, Etienne se paie non seulement le luxe de quitter son travail mais pousse encore le bouchon jusqu’à inventer un nouveau métier. Il sera auteur de bandes dessinées et consultant dessinateur.

Le plus fort, c’est que ça marche! Ayant décidé de ne rejeter aucune étape de son parcours ni aucun aspect de sa personnalité, Etienne commence à comprendre qu’il peut harmoniser des qualités et des aspirations qui restaient jusque là farouchement irréconciliables.

Ce dessin d’Etienne APPERT est extrait d’un album de bande dessinée intitulée La Femme de l’ogre (Editions La Boîte à Bulles). Pour ceux qui ne l’ont pas encore acheté, il est toujours disponible à la vente sur Internet. Il suffit de cliquer sur le lien suivant: http://www.la-boite-a-bulles.com/fiche_album.php?id_album=122

Etienne transforme non seulement le monde de l’entreprise en sujet d’inspiration artistique mais il utilise également son art pour aider concrètement les entreprises à comprendre voire à améliorer leur manière de fonctionner.

Quatre albums sont désormais sortis sous la signature d’Etienne. Le premier, La femme de l’ogre a été cosigné avec son ex épouse Bernadette. Cet album, profondément personnel et original, reflète tout à la fois son amour du conte (l’histoire prend appui sur le Petit Poucet de Charles Perrault) et les nombreuses découvertes glanées au cours d’une longue démarche de connaissance de soi.

Les trois autres sont directement consacrés au monde du travail. Album de commande, Lehman, la crise et moi, réussi le tour de force d’intéresser le lecteur aux répercussions de la crise de 2008 sur l’existence d’une PME française. Composé de strips de trois ou quatre cases, Le managemental, porte un regard lucide et cinglant sur les idéaux, les illusions et les pratiques du management. L’ancien étudiant en philosophie refait quant à lui surface dans un album consacré à théorie de l’Holacracy où il traduit en bande dessinée l’approche développée par un expert en organisation du nom de Bernard Marie Chiquet.

Ce dessin d’Etienne APPERT est extrait d’un album de bande dessinée intitulée La Femme de l’ogre (Editions La Boîte à Bulles). Pour ceux qui ne l’ont pas encore acheté, il est toujours disponible à la vente sur Internet. Il suffit de cliquer sur le lien suivant: http://www.la-boite-a-bulles.com/fiche_album.php?id_album=122

Multidimensionnel par nature, Etienne ne saurait se cantonner à une seule pratique artistique. En parallèle de ses autres activités, il continue donc à créer et à monter des spectacles dans lesquels se mêlent théâtre, dessin et musique . Actuellement sur scène, Beaucoup d’ombre et beaucoup de lumière, explore l’origine du dessin au travers de grands mythes grecs et japonais mais aussi en interrogeant des épisodes fondamentaux de l’histoire familiale et personnelle de l’auteur.

Conçu en collaboration avec l’excellent guitariste de rock Laurent Mathis et le réalisateur Guillaume Darcq, Ciel blanc, le prochain spectacle, franchira un pas de plus en direction du spectacle total en mêlant la parole, le chant, la musique et la vidéo. Ce spectacle pourrait en outre donner lieu à un CD, un livre et un court métrage.

Il ne fait aucun doute qu’ Etienne a désormais suffisamment confiance en lui pour assumer et déployer sa créativité. Charge à lui maintenant d’en explorer et d’en approfondir les possibilités. Comme le dit si bien le titre d’un vieux succès de Frank Sinatra: «the best is yet to come!»

Frederick E. White