Raynald Driez – Poème vachard

Femme pire
Fille d’un hideux rêve
Ma température est noire
Mon cou rouge monstrueux
Mes yeux deux plaies qui te regardent
Et mes veines sont des vaisseaux de guerre
L’encens me calme
Mais le vin embaume toutes mes résolutions 
Et me voilà broussaille et accroupi sur mon manuscrit
Déchirement, muraille de nuit
Vachard à mort
Femme puanteur femme cadavre
Tu peux me branler, ivre,
Ma propre faute c’est toi
Bras veine doigts sillons
Bouche perle chatte pédéraste 
Main bec hanche poisson savon
Corps paume  entailles terminaisons 
Tes yeux sont des tourteaux que je baise
Maux chéris, maux chéris
ta bouche est un poulet pourri
tes mots des cailloux acerbes
ton calme un mensonge désespéré 
Tes seins deux choses à arracher 
Et ton cul un monde mort