La soif grandiose – poème de Raynald Driez

Driez pauvre pêcheur
Enfumé jusqu’aux dents
Aviné du rouge du sang
Dans l’hôpital de la douleur

Il claque du coeur le croyant
De chapelles en troquets
S’enfile goulûment
L’acre rouge bouchonné

« Paix du Christ » le débecte
Courbé sur l’autel Saint Gervais
Pas d’soeurs bon dieu, une fillette!
Pas d’paix du Christ ayez pitié!

Et planté sur son calvaire
Dos raide, pissant du plomb,
Driez pompait le sang
De ce divin patron