La mort, le sexe et le mystère

«Il faut être toujours ivre, tout est là ; c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve (…) enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.» Charles Baudelaire

Nous parlions depuis plus de deux heures. L’interview avait tranquillement débuté au rosé. Depuis quelques verres nous étions passé au rouge. Le bel ordonnancement de mes questions avait progressivement cédé la place à un échange plus informel et mon écoute s’était faite plus flottante. Derrière la baie vitrée de l’atelier, le soleil se couchait en majesté et en technicolor. Je venais tout juste d’éteindre mon dictaphone lorsque Raynald, retrouvant soudain son sérieux et sa sobriété, insista pour aborder un dernier point qui lui tenait particulièrement à coeur. Il voulait revenir sur la signification qu’il accorde à sa pratique artistique. Le peintre, me dit-il alors en substance, est un chercheur; un homme qui marche à sa propre rencontre. Lorsqu’il peint, l’artiste entreprend une démarche intérieure qui l’amène a utiliser sa technique et sa sensibilité à des fins d’introspection et de contemplation. En ce sens, son travail peut se rapprocher d’une démarche thérapeutique voire d’une pratique spirituelle. On ne s’étonnera donc pas que le genre de prédilection de Raynald soit celui de la vanité*. Qu’il peigne des crânes, des scènes de copulation exubérantes ou quelques-uns de ces pauvres petits objets morts dont s’encombre l’homme moderne, ses peintures nous invitent toujours à méditer sur la vertigineuse fragilité de toute chose.

Natif du village vendéen de Saint Gilles Croix de Vie, Raynald Driez est issu d’une ancienne lignée de marin-pêcheurs dont les racines remontent jusqu’au XVIème siècle. En dépit du poids de cet atavisme, l’enfant ne ressent nullement l’appel du large. Il sait que son destin se jouera ailleurs. Un jour, pour une raison qu’il n’a jamais vraiment cherché à s’expliquer, il se met à dessiner. Plus qu’un passe-temps, c’est une passion. Loin de s’affaiblir avec le temps, cet élan gagne en force à mesure que s’écoulent les années. Certains adultes le félicitent pour son coup de crayon. Un professeur va même jusqu’à prononcer le mot étrange «d’artiste». Raynald s’en fiche et continue dans son coin. Répondant à un besoin intime, le dessin et la peinture sont encore à ce stade une pratique solitaire qu’il partage tout au plus avec sa soeur.

Cet être chaleureux et sensible ne saurait cependant vivre longtemps en ermite. Son entrée au lycée de la Roche-sur-Yon inaugure une ère de rencontres et d’amitiés décisives. La première est tout simplement celle de Jean-Claude Bostvironnois son nouveau professeur d’arts plastiques. Intellectuellement brillant, lui même doté d’un réel talent de peintre, l’enseignant se prend rapidement d’affection pour cet élève doué dont il n’aura de cesse d’encourager et de guider la vocation. Le même jour, Raynald tombe en arrêt devant la reproduction d’un nu d’Egon Schiele. Ce qu’il ressent alors est de l’ordre de la révélation. En la personne du jeune prodige viennois l’adolescent s’est trouvé tout à la fois un maître et un idéal esthétique.

C’est environ un an après que Raynald croise la route de l’artiste Abbas Bani Hasan. Ayant fuit son pays à 17 ans pour échapper aux persécutions du régime de Saddam Hussein, le jeune Irakien ère de longues années à travers l’Europe avant de s’installer à Saint Gilles où il ouvre un cours de gravure sur bois. C’est auprès de cet aîné dont il admire à la fois le talent et l’immense générosité humaine que Raynald apprend les exigences fondamentales de son art. A sa manière, Raynald reste un classique. Il est intimement convaincu que la peinture est un art «culturel» dont il convient de bien connaître les règles avant de prétendre s’en affranchir. L’apparence faussement débraillée de certaines de ses peintures, cache en fait une intention précise et une facture savamment contrôlée. S’il laisse beaucoup de place aux accidents c’est qu’il a une maîtrise technique suffisante pour pouvoir les exploiter de manière créative.

A Bordeaux, ses professeurs des Beaux Arts sont d’un tout autre avis. Encore très imprégnés par l’esprit libertaire de 68, ils se refusent à enseigner un art aussi platement rétinien que la peinture. Raynald fait partie de ceux qui bataillent ferme pour remettre cette discipline au programme. Les subversifs d’hier sont souvent les réactionnaires d’aujourd’hui… S’il est dès cette époque un bon vivant qui ne dédaigne ni les plaisirs de l’alcool ni ceux de la chair, Raynald n’a cependant rien d’un dilettante. Un désir puissant domine et structure son existence: il veut devenir peintre et mettra tout en oeuvre pour parvenir à ses fins. C’est donc en travailleur acharné qu’il aborde les multiples aspects de ses études. Il met autant d’ardeur à lire Foucauld et Dubuffet qu’à apprendre les techniques traditionnelles de préparation de la peinture ou à découvrir dans quel magasin se procurer les châssis les moins chers. Raynald bûche avec d’autant plus d’obstination qu’il est bien entouré. Exceptionnellement ouvert et sociable, il n’a eu aucun mal à se lier avec ceux de ses camarades qui partagent son désir de création viscéral. Les membres du petit gang, auquel il s’agrège louent un atelier en commun. Portés par l’énergie et l’innocence de la jeunesse, ils s’enrichissent, s’encouragent et se stimulent mutuellement. Si Raynald sort finalement des Beaux Arts fin prêt à débuter sa carrière de peintre, c’est un peu à eux qu’il le doit.

Ces années d’études auront été pour Raynald l’occasion d’une autre rencontre décisive en la personne d’Arnaud Desjardins. Les deux ou trois visites qu’il effectuera alors dans le centre ardechois du vieil instructeur spirituel auront sur lui un impact profond et contribueront à lui insuffler une audace de vivre sans laquelle il lui eût été impossible de se déployer par la suite.

Après Bordeaux, c’est Cajarc. Raynald y travaille comme employé polyvalent dans un centre d’art contemporain. Ce poste a le double avantage de lui permettre d’approfondir encore sa connaissance du monde des arts (il aura notamment l’opportunité d’approcher des artistes comme Bernard Venet, Miklos Bokor et même Lou Reed) tout en lui laissant la possibilité de consacrer beaucoup de temps à la peinture. Il pratique son art comme un ascète ses austérités. Ce labeur incessant finit par porter ses fruits et il commence à se faire connaître par le biais de diverses expositions collectives. Deux ans plus tard, nouveau déménagement. A la campagne du Lot succède celle de la Corrèze. Le rythme de travail, quant à lui, reste inchangé. Il ne laisse pas s’écouler un jour sans aller s’enfermer plusieurs heures dans son atelier. L’époque est aux grands formats. Il n’est pas rare qu’il travaille sur des toiles de 4 mètres sur 5. Ces dimensions monumentales l’obligent à s’immerger de manière physique dans sa création. Son travail y acquiert une dimension plus violente, plus intuitive. Raynald peint comme on monte sur un ring.

La vie conduit ensuite ses pas du côté d’Evreux où il habite et travaille pendant trois ans dans les locaux de la résidence d’artistes «La Source». N’étant plus alors qu’à une heure et demie de Paris, Raynald met ses week-end à profit pour se faire connaître des milieux artistiques de la capitale. Il fait si bien qu’il finit enfin par signer un premier contrat avec la galerie Déborah Zafman. Si ce n’est pas le début de la fin, c’est la fin du début. A 34 ans, Raynald Driez accomplit son rêve de jeunesse: il est devenu un artiste professionnel.

Sans être arrivé au pinacle du succès et de la notoriété, Raynald (qui expose aujourd’hui dans la galerie de Dominique Polad Hardouin) est un jeune peintre qui «tourne bien». Installé dans un bel atelier du XVII arrondissement, il continue à interroger inlassablement ses thèmes de prédilection en utilisant non seulement le dessin et à la peinture mais encore la céramique et l’écriture.

Lecteur insatiable, amoureux de la poésie de Baudelaire, Verlaine et Rimbaud, Raynald éprouve très jeune un attrait pour l’écriture. Ce n’est cependant qu’en 2010 à l’occasion de son installation à Paris que Raynald verra s’ouvrir les vannes de son inspiration poétique. Il découvre à travers l’écriture un registre d’émotion qu’il n’expérimente ni dans la peinture (violente) ni dans la céramique (contemplative).

En parallèle de ses activités purement créatives, il anime avec talent des ateliers d’arts plastiques. Désireux de préserver sa liberté, il s’est toujours refusé à intégrer à plein temps les rangs de l’éducation nationale. Travaillant aujourd’hui pour le compte de plusieurs associations, il a la possibilité de s’enrichir au contact de publics et de milieux très différents. Car Raynald n’enseigne pas seulement pour arrondir ses fins de mois. D’un tempérament généreux, il aime transmettre à d’autres ce qui lui fut autrefois donné avec tant de prodigalité par ses différents maîtres. En le forçant à s’éloigner régulièrement de son atelier (…et des obsessions qu’il y brasse), cette activité pédagogique l’aide également à maintenir son équilibre psychique et affectif. Sa plus grande réussite est sans doute de gagner sa vie en faisant uniquement ce qu’il aime.

Frédéric Edmond Blanc

*Représentation picturale évoquant la précarité de la vie et l’inanité des occupations humaines. Elle invite le spectateur à méditer sur les fins dernières de l’homme.