Maison Brûlée

Tour à tour écrivain, journaliste, homme de radio, conférencier et formateur, Gilles Farcet est un touche à tout de talent qui a su se déployer dans des domaines très variés sans jamais se disperser. Le fait qu’il ait finalement ajouté une corde de guitare à son arc n’est pas aussi surprenant qu’il y paraît.

Très tôt attiré par les Etats-Unis, Gilles a consacré trois livres, plusieurs dizaines d’émissions de radios ainsi que d’innombrables études, articles et autres dossiers aux grandes figures de la littérature américaine. Son amour de l’Amérique l’amène également à se prendre de passion pour le rock qu’il découvre au travers d’artistes comme Eric Clapton, des Rolling Stones et de Jimi Hendrix. C’est grâce à leurs chansons qu’il finit par s’intéresser à une musique autrement plus profonde et plus puissante que le rock: le blues. Sa sensibilité en restera profondément marquée.

Après avoir comme tant d’autres appris les rudiments de la guitare à l’adolescence, Gilles délaisse pour longtemps toute ambition musicale pour se consacrer aux autres facettes de son talent.

Il faudra attendre 2005 pour que la musique resurgisse  enfin dans sa vie.

Gilles a alors 46 ans et publie Maison Brûlée, un album de 7 titres dont la musique est cosignée par Pascal Pourré, compositeur et multi-instrumentiste virtuose. Véritable prodige musical Pascal semble à l’aise dans tous les genres et passe sans problèmes de la balade intimiste aux rythmiques d’un rock lourd et de la valse décalée à un morceau de blues authentique.

L’album vaut aussi par ses textes. S’il conserve pour les musiques de sa jeunesse un amour intact, Gilles assume pleinement son âge et sa maturité. Pas question pour lui de singer la fougue et la rébellion de l’adolescence. Simples, directes et profondes, les paroles de ses chansons reflètent le vécu d’un homme qui a trouvé dans les succès et les épreuves, la courage de grandir en force et en assurance, mais aussi en modestie et en générosité.

Même si chacune des chansons de Maison Brûlée peut se comprendre et s’apprécier hors contexte, il est évident qu’elles forment aussi un tout cohérent. Chaque morceau  constitue le chapitre d’une brève histoire tout à la fois universelle et profondément intime. L’album retrace les étapes d’une épreuve qui débute par une rupture sentimentale longtemps retardée (La Volonté d’Aimer). Le choc de cette séparation amène le narrateur à se confronter aux aspects les plus terrifiants et les moins reluisants de la psychologie humaine (Salut Aux Monstres). La souffrance l’amène peu à peu à prendre appui sur ce qui est vraiment essentiel dans sa vie (L’Intégrité). Brisé (Jusqu’à l’Os), le narrateur trouve cependant la force de transformer cet effondrement intime en ce qu’il faut bien appeler une nouvelle naissance (Maison Brûlée). L’histoire s’achève sur une nouvelle rencontre profondément inspirante et réparatrice (L’Intimité S’est Invitée). L’album ne s’arrête cependant pas là et se conclut par une célébration de l’instant présent qui est aussi celle de l’éternité (Rien Que Pour Aujourd’hui).

Mr. White